Relations et interactions entre chapitres, couvents et monastères féminins… – Argumentaire

Ordres religieux Costumes de femmes. Tableau historique d’après le P. Hélyot, © KIK-IRPA, Bruxelles

Journée d’études – ANR Lodocat / 15 octobre 2015 :

Relations et interactions entre chapitres, couvents et monastères féminins dans l’espace lotharingien (entre le XIe et le XVIIIe siècle)

Argumentaire

En 1985, l’ancêtre du CERCOR organisait un colloque consacré à la Naissance et au fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux. Si les Actes (1991) proposaient surtout une suite de monographies sur le fonctionnement interne des grands ordres religieux, ils présentaient également quelques analyses transversales des interactions et modalités d’échanges possibles entre ces instituts et les milieux extérieurs (épiscopat, autorités civiles, universités, confraternités, familles). En 2012, le CERCOR a suggéré de retravailler ce vaste chantier en s’interrogeant sur les Interactions chez les religieux : emprunts, échanges et confrontations. Il y a été notamment question des modalités et des formes d’interactions ainsi que de leurs effets en divers domaines, ceci tous ordres et toutes périodes confondus.

D’une manière générale, les historiens, comme les sociologues, s’interrogent aujourd’hui sur le fonctionnement des réseaux sociaux (CTHS, Reims 2015 : Réseaux et sociétés) et tentent de proposer des outils d’analyse opérationnels au-delà des effets de mode[1]. La prudence est sans conteste de mise, notamment dans le choix du vocabulaire (est-il pertinent ici de préférer « réseaux » à d’autres termes comme ordre, congrégation, communauté, confraternité, milieux socio-culturels, familles, etc. ?) et dans l’établissement des typologies.

On veillera ici à y réfléchir en fonction des espaces (Lotharingie/Dorsale catholique) et des groupes considérés (congrégations féminines), le tout sur le long terme (XIe-XVIIIe s.). Il ne s’agira pas seulement de repérer et de dénombrer les types de réseaux, mais d’étudier « la configuration produite par divers liens, son évolution, ses effets » (Lemercier). On s’efforcera aussi de dépasser l’examen des interactions « en interne » (au sein d’un ordre ou d’une communauté) et, donc, de privilégier les liens qui unissent des ordres entre eux ou les relations qu’ils entretiennent avec le monde extérieur.

Le nombre de maisons féminines connaît un accroissement constant entre le XIe et le XVIIe siècle, non seulement avec l’apparition de branches issues d’ordres masculins, mais aussi avec la création de projets spécifiquement conçus pour (et parfois par) des femmes. Qu’ils soient isolés ou inscrits au sein d’un organigramme très structuré, ces groupes de femmes engagées dans la vie religieuse s’emploient à manifester les caractéristiques qui les distinguent et les identifient aux yeux de leurs contemporains, et ce en fonction de leur statut (ou absence de statut) canonique, de leur finalité, de leurs options spirituelles ou ecclésiologiques : une chanoinesse ne peut se confondre avec une moniale, encore moins avec une béguine. Il existe toutefois des points communs entre ces femmes d’une même génération ou d’une même région, quels que soient leurs états de vie ou leurs vocations. Les parentés pressenties (ou les oppositions) entre ces milieux féminins inscrits dans l’espace lotharingien restent à approfondir ainsi que les relations inattendues qu’ils entretiennent entre eux, malgré leurs différences et leurs spécificités. Incités puis souvent contraints à rompre avec le monde extérieur, ces groupes s’inscrivent aussi au sein d’une société avec laquelle ils demeurent en synergie. Les interactions, au sein de ces espaces féminins d’une part, entre ces femmes et le monde considéré ou non comme « extérieur », d’autre part, restent encore à étudier, en s’intéressant à ce qui les caractériserait au sein de l’espace considéré.

 

 

Il s’agira donc de

  • dresser un état de la question (prolongement du colloque du CERCOR 2012 sur les « Interactions au sein des Ordres religieux »)
    • établissement d’une bibliographie
  • proposer des études nouvelles et approfondies sur les relations entre moniales, religieuses, béguines, chanoinesses… et les interactions avec leurs réseaux sociaux (sur le long terme) autour des points suivants
    • typologie
      • des relations entre chapitres séculiers/réguliers, monastères, couvents, groupes semi-institués…
      • des relations en interne entre professes et converses (ou équivalents), mais aussi des groupes concernés avec les laïques vivant à proximité (ex : veuves)
      • des relations avec leurs « équivalents » masculins (ex : cisterciens/cisterciennes)
      • des relations avec le « personnel » ecclésiastique à leur service (aumôniers, directeurs spirituels, chapelains, prédicateurs, confesseurs…)
      • des relations avec le monde extérieur
        • collectives, individuelles, informelles, normalisées, encouragées, imposées, interdites…
        • institutionnelles, spirituelles, intellectuelles, familiales, amicales, économiques…
        • spécificités par rapport à leurs homologues masculins
      • origines des interactions
        • initiatives masculines / féminines
        • initiatives privées / officielles
      • chronologie et évolution des interactions
      • lieux des interactions
        • zones d’attraction
      • modalités des interactions
        • interventions autoritaires, juridictions, réformes,
        • circulation des personnes, des textes, des livres, des objets
        • échanges et réciprocité
        • emprunts et imitations
        • émulation, concurrence et rivalités
        • oppositions et conflits
      • contrôle des interactions
      • absence d’interactions
        • oppositions
        • ruptures
      • spécificités des interactions dans l’espace considéré
      • cartographie des réseaux
        • méthodologie

 

[1] Jean-Pierre DEDIEU, Zacarías MOUTOUKIAS, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », in Juan Luis CASTELLANO, Jean-Pierre DEDIEU (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1998, p. 7-30. Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005/2, n° 52/2, p. 88-112.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.