Prêcher dans les espaces lotharingiens, XIIIe-XIXe siècle – argumentaire

Journées d’études – ANR Lodocat / jeudi 16 (14 h) et vendredi 17 juin 2016

Lieu : Université de Savoie-Mont Blanc – Chambéry

Argumentaire

Le domaine de la prédication a été largement renouvelé par l’historiographie, de manière précoce pour le Moyen Age, de façon plus récente pour les Temps modernes et la période contemporaine. Ce renouveau rejoint les études portant généralement sur les oralités et les prises de parole, notamment à caractère public. Les résultats auxquels sont parvenus de nombreux chercheurs européens[1] tant à propos des prédicateurs eux-mêmes, que des conditions, lieux et contextes de leur intervention, invitent à ouvrir le dossier dans le cadre plus restreint des espaces concernés par l’ANR LODOCAT (espaces lotharingiens du Nord de l’Italie aux Pays-Bas, notamment reliés par la « Dorsale catholique » des XVIe-XVIIIe siècles). Second objectif : afin de ne pas envisager simplement la période moderne comme une fin en soi, ce qui ferait courir le risque de ne pas bien prendre en compte les héritages des siècles précédents et le devenir du phénomène au XIXe siècle, le présent appel à communication invite à observer cette question clé de la pastorale sur le temps long (du XIIIe au XIXe siècle). La longue durée est ici un gage de compréhension et d’interprétation. Sans effacer les contextes particuliers et resserrés de chaque époque (lutte contre les hérésies, affrontements confessionnels, scansions politiques fortes telles les Guerres de Religion ou la Révolution) qui font l’histoire des états de cette étroite Europe médiane (parmi les principautés s’affirmant entre Empire et Royaume de France mentionnons le Milanais, la Savoie, les Etats Suisses, la Bourgogne, la Lorraine, les différents territoires d’obédience espagnole…), elle offre l’occasion d’analyses plus précises de la pratique et des pratiquants.

Quelques questions et axes prioritaires sont à dégager : en premier lieu il faut partir de l’homme de la parole lui-même, l’identifier par sa qualité (régulier, séculier, pasteur reconnu d’une église, confession ou mouvement ; prédicateur fort d’une légitimité institutionnelle ou de la reconnaissance d’un charisme), tenter aussi d’en cerner le nombre lorsque les sources le permettent (archives urbaines, sources pastorales). Très importante est la question de la formation des ouvriers de la parole. L’importance et la portée des sermons sont telles qu’on ne cesse de l’améliorer, de l’institutionnaliser avec des moyens variés (prolongement des traditions monastiques et conventuelles notamment au sein des instituts nouveaux ; création de séminaires et académies ecclésiales, ou autres ; formation de terrain auprès d’ainés dont on s’inspire ; constitution, là où elles n’existent pas, de bibliothèques justement tournées vers cet objectif). Homme de la Parole, l’orateur est aussi un homme du Livre. Pour cette raison, sa prestation orale est en rapport direct avec l’écrit dans lequel il puise la matière première de ses discours, en lien avec le rythme liturgique de l’année. De même, la connaissance de nombreux sermons prononcés n’est possible que par la trace écrite qu’ils ont laissée : brouillons ou textes manuscrits autographes, notes d’auditeurs attentifs, sans oublier la conservation des « meilleurs » discours par la copie puis surtout l’impression intégrale ou partielle. Enfin, il faut envisager la carrière du prédicateur, au sein d’un ordre, d’une province, d’un diocèse ou d’une église. Savoir à quel moment celle-ci débute et quand et pour quelles raisons elle s’achève. L’ancien prédicateur joue-t-il alors un rôle dans la formation (encadrement ou écriture de traités) des futurs orateurs ?

Un second chantier est celui de l’exercice même de l’art oratoire, à commencer par les circonstances de son déroulement. Aux rendez-vous ordinaires du christianisme (homélies dominicales, prônes, panégyriques) s’ajoutent des circonstances extraordinaires mais attendues[2] (stations d’avent, de carême, des octaves des fêtes mariales et christiques, des morts) ou presque plus exceptionnelles[3] (jubilés, missions, canonisations, rassemblements, oraisons funèbres, commémorations politiques et identitaires locales ou « nationales »). L’impression laissée par ce constat révèle à la fois un contexte de concurrence entre les confessions, entre les sanctuaires, voire entre les clergés et au sein même des églises, mais aussi d’une saturation de l’espace et du temps par une parole autorisée. D’abord centré sur les grandes villes, puis progressivement élargi aux villes moyennes et petites et aux campagnes, ce mouvement est révélateur de l’omniprésence du discours religieux, partout espéré ou proposé. La contextualisation plus politique ou militaire, de caractère conjoncturel, doit également être envisagée car elle a une très grande influence sur l’organisation de la prédication et la circulation des orateurs. Dans l’Italie du Quattrocento, les prédicateurs ont noué des liens étroits avec les pouvoirs, en une relation de partenariat impliquant une textualité et une action performative liées à la reformatio ou à des changements dans la législation urbaine[4]. Les analyses et pistes de réflexion novatrices développées pour la prédication dans les cités de la Péninsule amènent à poser la double question de sa spécificité par rapport à des territoires voisins, au nord des Alpes, et des mutations de cet acte complexe de communication à l’époque moderne — entre performance fondée sur l’émotion et théâtralisation codifiée. La présence d’une prise de parole religieuse non catholique ne doit pas être non plus écartée. Tout cela pose également la question du recrutement des hommes de la parole, et du contrôle de leurs discours : par qui s’exerce-t-il et selon quelles modalités ? Quel sort réserve-t-on aux orateurs (individus ou groupes) dont on se méfie pour différentes raisons (orthodoxie en cause, discours partisans, personnalités peu estimées, convertis). Le positionnement de frontière à la fois confessionnelle et politique, mais aussi linguistique qui caractérise la spécificité de la Lotharingie-Dorsale catholique doit être l’occasion d’une réflexion singulière. En d’autres termes, y aurait-il une dramatisation particulière de la parole dans notre zone parce que celle-ci aurait été exposée aux hétérodoxies plus qu’ailleurs en Europe ? Ou, a contrario, comme l’ont montré les travaux d’Olivier Chaline en Europe centrale moderne, une volonté de séduire et de rassurer des populations jugées plus fragiles spirituellement est-elle à l’oeuvre ? De tout cela découle-t-il une mobilisation et une circulation des prédicateurs propre à ces régions ?

Une importance particulière doit être apportée aux conditions matérielles de l’exercice du ministère de la parole. Il s’agit ici de s’attarder plus particulièrement sur les moyens logistiques, financiers mis à la disposition des orateurs sacrés. Afin d’entretenir des ouvriers apostoliques sur place (ville, cour, résidences), attirer des figures renommées d’ailleurs, les loger et nourrir, les honorer aussi, ou tout simplement les défrayer de leurs fréquents déplacements, de nombreuses solutions sont progressivement mises en œuvre et améliorées. Elles vont du partenariat régulier à l’aide ponctuelle et ciblée, parfois envisagée des années à l’avance si on ambitionne d’avoir sinon le meilleur, du moins le plus réputé des rhéteurs. On ne peut ignorer non plus qu’une des raisons de l’accueil d’ordres à vocation pastorale, dans les cités notamment, est liée à leur capacité d’animer la vie religieuse locale. Etudier tous ces aspects dont rendent compte les archives contribuerait à donner corps à cette puissante réalité. De la même manière, alors que la prédication tend à s’institutionnaliser ou à se (ré)former au cours de la longue période envisagée, on favorise nettement la tenue des sermons au sein des sanctuaires et temples. Cette volonté de plus grande sacralisation et de contrôle plus aisé entraine un marquage immobilier dont le développement moderne et contemporain des chaires à prêcher rend compte. N’en concluons pas trop rapidement que la prédication extérieure, à l’air libre et sur les places publiques, voire même « dans les bois » et clandestine, ait totalement disparu. Pour des églises ou mouvements récents, minoritaires ou persécutés, sans assise territoriale et matérielle forte, prêcher ailleurs, y compris dans des maisons privées ou au désert, reste une solution viable et pragmatique.

Enfin, les habitudes historiographiques font que bien souvent, les évolutions concernant la prédication sont étudiées séparément ou successivement, notamment confession par confession. Si ces travaux ont été porteurs de résultats probants, l’étude distincte empêche parfois de voir l’existence de dynamiques similaires, parfois contemporaines et bien souvent inspirées les unes des autres. A l’image du colloque Clergés en contact organisé par Julien Léonard à Nancy en 2014, nous serons sensibles aux propositions qui intégreront une dimension comparatiste. Le colloque n’exclue pas pour autant les situations de controverse et d’affrontement qui, avec toutes les autres formes de tension et de crises, révèlent aussi le visage complexe et foisonnant de la prédication entre Moyen Age et ère contemporaine.

[1] Citons par exemple et sans aucun souci d’exhaustivité, La predicazione in Italia dopo il Concilio di Trento, a cura di Ugo Dovere e Giacomo Martina, Roma, Dehoniane, 1996 ; Matthieu Arnold (dir.), Annoncer l’Evangile (XVe-XVIIe siècles). Permanences et mutations de la prédication, Paris, Cerf, 2006 ; Nicole Beriou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, Et. Augustiniennes, 1998 ; Hervé Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Age (1350-1520), Paris, Cerf, 1988 ; Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2014 ; Stefano Simiz, Prédication et prédicateurs en ville, XVIe-XVIIIe siècles, Villeneuve d’Ascq, P.U. du Septentrion, 2015 ; Philippe Boutry « Le prédicateur des villes et le prédicateur des champs. Lacordaire à Ars (4 mai 1845)”, Revue des sciences religieuses, 78, 2004/3, p. 335-357 et Bernard Dompnier, I Linguaggi della convinzione religiosa. Una storia culturale della Riforma cattolica, Roma, Bulzoni, 2013.

[2] Jean-Marie Le Gall a démontré que ces rendez-vous à caractère extraordinaire, mais programmés, renforcent de fait la prédication ordinaire.

[3] L’exceptionnel, notamment missionnaire, tend lui aussi à se régulariser, particulièrement aux Temps modernes et, en France, avec le mouvement des missions de la Restauration.

[4] Sur cet aspect, voir en particulier Letizia Pellegrini, « Faire en disant. Aspects performatifs de la prédication à l’automne du Moyen Âge », dans Marie Giuseppina Muzzarelli (éd.), From Words to Deeds: The Effectiveness of Preaching in the Late Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2014, p. 15-30.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.