Atelier cartographique LODOCAT

Lieu :
Université du Luxembourg, campus Belval.

Date :
Jeudi 26 mai 2016, 9h30-12h00. (Matinée, en marge du Colloque : Écriture de soi/écriture de l’autre dans les milieux conventuels féminins du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux, XVe — XVIIIe s)

Argumentaire :
Pour nous, historiens, les Atlas historiques sont des outils incontournables, au même titre que les lexiques et dictionnaires historiques. Le genre des atlas a pris un envol considérable ces dernières décennies, à la faveur de la tendance actuelle d’une plus forte prise en compte de la dimension spatiale dans les sciences sociales (le spatial turn ou « tournant spatial »).
La question centrale dans le cadre du projet LODOCAT est sans doute de déterminer comment l’Atlas historique de l’espace lotharingien s’insère dans ce contexte historiographique et quelle place les cartes occupent dans notre réflexion historique, comment nous les intégrons dans notre démarche scientifique.

La représentation d’une dynamique de territoire (son existence et sa disparition politique, les tentatives de reconstruction, mais également son rôle de voie de communication, puis de « dorsale catholique » marginale s’identifiant vis-à-vis des territoires voisins d’autres confessions) peut être une porte d’entrée de la compréhension de la complexité de l’espace lotharingien, mais également des éléments de cohérence et de spécificité de ce territoire :

– La carte peut être un instant dans cette approche diachronique. On peut « sauter » d’une carte, d’une époque, ou d’une thématique à l’autre.
– Les cartes anciennes peuvent être révélatrices de la représentation endogène ou exogène de cet espace à différentes époques.
– Il faut garder à l’esprit la quantité de données nécessaires à l’établissement une carte. Il est certainement important de veiller à la cohérence des données sur l’ensemble du territoire envisagé. La scansion de l’atlas en fonction des trois axes du projet LODOCAT peut assurer cette cohérence transversale. Des exemples locaux ou partiels peuvent venir en appui des cartes transversales.

L’atlas devra permettre un usage tout à fait personnel et, le cas échéant, non linéaire. Il peut donner sur de multiples expériences et connaissances, en fonction des périodes, des thématiques et au gré des cartes et des curiosités du lecteur.

Objectifs du séminaire cartographique :
La finalité de ce séminaire cartographique est d’une part de faire un bilan d’étape. En effet, la matrice des cartes, à l’échelle de tout l’espace lotharingien, est en voie de réalisation. Elle servira de base pour les cartes thématiques ou partielles de l’ensemble des axes.
D’autre part, le séminaire permettra de vérifier la pertinence de la réalisation des cartes, en soumettant quelques réalisations (par exemple des institutions féminines) à l’analyse critique. Est-ce que la carte est-elle compréhensible d’emblée, ou bien nécessite-t-elle des aménagements ?
Il s’agit également, pour les thématiques intéressant les participants présents, de réfléchir à l’articulation entre les différents types de cartes possibles (cartes anciennes ; cartes diachroniques montrant des évolutions dans le temps ; cartes « ponctuelles », etc.) pour traiter ces thématiques : d’une part pour contribuer à la réflexion du groupe en faisant émerger des problèmes (la carte comme support heuristique) et, d’autre part, pour afficher au public le résultat de nos recherches.
Enfin, le séminaire permettra, sans doute, de faire émerger d’autres projets de cartes par association d’idées ou en confrontant les cartes réalisées à la réflexion historique.

Contact :
Andreas Nijenhuis-Bescher (CRULH, andreas.nijenhuis-bescher XXXXX univ-lorraine.fr).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.