Présentation du projet Lodocat

Il s’agit d’étudier de façon diachronique (en considérant à la fois le Moyen Âge et l’époque moderne) l’originalité des formes de christianisme développées dans des zones « de marge », à cheval sur des frontières politiques, religieuses et linguistiques, à savoir l’espace de la Lotharingie puis des « pays d’entre-deux » médiévaux (de la mer du Nord à la Savoie) ; pays qui, augmentés du Milanais, ont constitué à l’époque moderne la « Dorsale catholique » (l’axe européen du front de catholicité, entre christianismes catholique et protestants). Ces spécificités ont souvent été affirmées par les historiens, mais rarement démontrées, si ce n’est par des études ponctuelles. L’objectif est donc de repenser les facteurs explicatifs et les modalités d’une telle multiplicité et variété d’expériences religieuses, de leur diffusion, de leurs succès ou échecs, en faisant mieux ressortir ce qui relève de la conjoncture ponctuelle et ce qui relève de phénomènes structurels, liés à la spécificité de ces régions sur le plan politico-religieux. L’espace et la chronologie envisagés étant très larges, les travaux seront, par souci de réalisme, concentrés sur trois axes :

  • L’engagement des religieuses (spécificité des vocations féminines, relations avec la direction masculine des églises, écrits féminins)
  • Les modèles pastoraux (modèles épiscopaux, formation et compétences des évêques, organisation du personnel diocésain, constitution et diffusion des normes juridiques ou liturgiques, « cléricalisation » des pasteurs protestants)
  • Dévotions et politiques (promotion et diffusion des pratiques de dévotion : formes particulières de dévotion mariale, saints « politiques », dévotion spécifique aux anges)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.