Liturgie et architecture : programme

vanderweyden-triptyque7sacrements   Liturgie et architecture

Constructions, usages et aménagements des églises, XIIIe-XVIIIe siècles

Journées d’études de l’ANR Lodocat, axe « Modèles pastoraux »

24 et 25 novembre 2016 ; Nancy, campus Lettres et sciences humaines (23 bd Albert 1er), salle A104

Jeudi 24 novembre 2016

14h : Accueil des participants

14h15 : Introduction – Pierre Sesmat et Frédéric Tixier

Liturgie et ornement

14h30 : Océane Boudeau (EPHE, Université de Lisbonne) – La liturgie de la cathédrale de Metz au XIIIe siècle

15h15 : Brigitte D’Hainaut-Zveni (Université libre de Bruxelles) – La question des retables, XIIIe-XVIIIe siècles

Théorie

16h15 : Gilles Drouin (Institut catholique de Paris) – Les Dissertations de Jean-Baptiste Thiers (1688), un liturgiste aux prises avec les évolutions de l’espace cérémoniel dans la période post-tridentine

17h : Hélène Rousteau-Chambon (Université de Nantes) – Les usages avant tout : les propositions d’Antoine Desgodets pour les aménagements liturgiques

Vendredi 25 novembre 2016

Architectures idéales ?

9h : Raphaël Tassin (EPHE) : Forme idéale vs. usage liturgique : la plan centré et ses adaptations dans l’architecture sacrée (XVIIe-XVIIIe siècles)

9h45 : Pierre Morrachini (Bibliothèque Franciscaine des Capucins, Paris) – Architecture et réforme des ordres religieux. Le cas des églises franciscaines (XVIe-XVIIIe siècles)

Célébrer

10h45 : Philippe Martin (Université Lyon 2) – Célébrer dedans dehors

11h30 : Julie Piront (Université de Liège) – Liturgie, cérémonial et architecture des églises des congrégations féminines implantées en ville sur la « dorsale catholique » (XVe-XVIIIe siècles)

Autour de Lyon

13h45 : Pascal Collomb (EHESS, Lyon) – Chanter les morts à Lyon à la fin du XIVe siècle. Liturgie, lieux et mémoires

14h30 : Nicolas Reveyron (Université Lyon 2) – Architecture, organisation de l’espace ecclésial et pratiques dévotionnelles. Evolution comparée de trois églises médiévales de Lyon entre le XIIIe et le XVIIIe siècle (église Saint-Nizier, collégiale de Fourvière, église conventuelle Saint-Bonaventure)

Dispositifs intérieurs

15h30 : Mathilde Durriez (Université Lyon 2) – Clôture monastique et organisation spatiale des monastères féminins cartusiens (XIIIe-XVIIIe siècle). Etude archéologique de plusieurs chartreuses féminines : Notre-Dame de Mélan (Haute-Savoie), Notre-Dame de Prémol (Isère), Mont-Sainte-Marie de Gosnay (Pas-de-Calais)

16h15 : Bruno Varennes (Université Grenoble 2) – Murus inter populares et corum. Les structures de séparation à l’intérieur des églises du sud du diocèse de Grenoble, XIVe-XVIe siècles

17h : Conclusions

Organisateurs :

– Pierre SESMAT, professeur émérite, histoire de l’art médiéval et moderne : pierre.sesmat@noos.fr

– Frédéric TIXIER, maître de conférences, histoire de l’art médiéval : frederic.tixier@univ-lorraine.fr

Argumentaire :

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie ». (Eric Palazzo, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre « forme et fonction » qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

            Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle ? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

            Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du « voir » et du « faire-voir » que Roland Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du « voir » dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *