Dorsale catholique et dorsale alpine durant le long XVIe siècle – appel à communications

Dorsale catholique et dorsale alpine durant le long XVIe siècle, entre pouvoirs politiques et Contre-Réforme

Dates : 18-19 janvier 2017

Lieu : Università degli Studi, Milano

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis la première parution de la définition de Dorsale catholique par René Taveneaux. Avec cette expression, on veut désigner l’espace de frontière qui se situe dans les limites de l’ancienne Lotharingie, et qui marquait, et marque encore aujourd’hui, la séparation entre l’Europe catholique et l’Europe protestante. Cette ligne de démarcation, tracée à partir des Pays-Bas du sud, traverse la Lorraine et la Savoie pour aboutir à la Lombardie et à L’Autriche Intérieure. Cette Dorsale, selon Taveneaux, est caractérisée par la présence d’un catholicisme particulier aux traits communs. Jusqu’à maintenant, en dépit de la fortune de ses recherches (spécialement dans l’historiographie de langue française), il semble aux organisateurs que la dimension alpine de la Dorsale n’ait pas encore été étudiée per se. La journée d’études a l’ambition de combler ce manque. La question centrale que l’on veut poser est si, entre XVe et XVIIe siècle – avant cette ‘crise janséniste’ qui a été le sujet principal des recherches de Taveneaux – la Dorsale catholique alpine était simplement une frontière à la fois confessionnelle et géographique, ou plutôt si elle présentait déjà certains traits communs. Et si ces traits étaient déjà présents, on se demande s’ils étaient dus à certaines particularités géographiques et culturelles partagées par les populations de l’arc alpin, ou plutôt s’il faudrait les rattacher à l’évolution du catholicisme de la fin du Moyen Âge ou bien à l’affirmation du catholicisme post-tridentin. D’un point de vue géographique, les zones que l’on voudrait prendre en examen correspondent, avec une nécessaire approximation, aux zones préalpines et alpines des diocèses historiques d’Aoste, Bâle, Belley, Bergame, Besançon, Brescia, Bressanone, Coire, Côme, Constance, Embrun, Genève (avec son siège à Annecy), Grenoble, Ivrée, Lausanne, Maurienne, Milan, Novare, Sion, Tarentaise, Turin, Vienne. Il s’agit de territoires que, suite à l’affirmation de la Réforme, se retrouvaient à la frontière du catholicisme : certains finirent par confiner directement avec des pays protestants (parfois en perdant une partie de leurs diocèses), alors que d’autres, en dépit du manque d’un contact direct avec les protestants, étaient toutefois assez proches d’eux pour en avoir familiarité, souvent grâce aux flux de personnes à travers les passages de montagne et à l’échange de marchandises, d’ouvriers et d’artisans. D’un point de vue chronologique, la journée d’études voudrait se consacrer à la période du XVe siècle jusqu’aux premiers décennies après la pacification de Westphalie.

Face au caractère très fragmentaire des évènements de ce ‘long seizième siècle’, il paraît nécessaire aux organisateurs que l’étude du rapport entre Dorsale catholique et Dorsale alpine soit mené avec une analyse détaillée des cas spécifiques, qui toutefois ne fasse pas passer à l’arrière-plan le cadre global dans lequel ces cas s’insèrent.

Parmi les sujets traités :

  • Archevêques et évêques, avec une attention spéciale aux évêques ‘réformateurs’. La Dorsale catholique connût-elle d’autres modèles outre l’exemple de Borromée?
  • Provinces ecclésiastiques. La Dorsale alpine se caractérisait par la présence de grandes provinces ecclésiastiques (par exemple Milan, Turin, Vienne). Comment les évêques interagissaient avec les sièges métropolitains, spécialement pendant les périodes de contraste ou de guerre entre les autorités politiques auxquelles les évêques suffragants et métropolitains étaient liés ?
  • Evêques et évêchés ‘en exil’. On pense en particulier à l’évêque de Genève, demeurant à Annecy ; a l’évêque de Coire, normalement résidant en Val Venosta, dans les territoires autrichiens du diocèse ; à l’évêque de Bâle. Il serait intéressant de reconstruire leurs rapports avec le pouvoir politique – notamment dans les cas où ces rapports n’étaient pas conflictuels.
  • Vicaires, archiprêtres, églises collégiales. L’ampleur et la conformation géographique de certains diocèses obligeait les évêques de se servir de ‘suppléants’. On pense surtout aux vicaires, mais on voudrait aussi développer ce sujet pour arriver à l’investigation de certains cas où l’action des évêques se servait des archiprêtres et des églises collégiales. On voudrait mieux comprendre le rôle des deux dernières institutions en tant que points focaux entre fidèles du lieu, pouvoir politique et pouvoir religieux. Il serait aussi intéressant étendre l’analyse au recrutement et aux moyens de sélection de cet ‘haut clergé’ de montagne.
  • Election des curés. Un cas spécifique du catholicisme alpin, qui date du Moyen Âge, est l’habitude des communautés locales d’élire ses curés et lui donner un salaire. En plusieurs lieux, ces pratiques sont attestées pour tout le seizième siècle. En d’autres contextes, comme par exemples dans les vallées vaudoises septentrionales ou dans la Val Bregaglia, il y avait aussi plusieurs communautés protestantes qui élisaient aussi leurs ministres. Cette habitude fut-elle jamais contestée au nom de la proximité aux pratiques protestantes ?

Les organisateurs sont particulièrement intéressés à évaluer des propositions de communication (25 minutes environs plus discussion) qui s’occupent de case studies, avec une préférence pour les propositions qui tiendront compte d’une perspective comparative.

Les propositions de communication, entre 800 et 1000 mots et accompagnées par un curriculum vitae, doivent être envoyées au plus tard le 30 septembre 2016. Les langues de la journée d’études sont l’italien, le français, l’anglais. Les organisateurs se réservent le droit de prendre en considération des propositions en allemand.

La publication des Actes du colloque est prévue.

Ce projet rentre dans le cadre des activités de la tâche 2, « Les modèles pastoraux », du projet international financé par l’ANR LoDoCat (Chrétientés lotharingiennes – Dorsale catholique, IXe-XVIIIe siècles), dont font partie les Universités de quatre pays : pour la Belgique, l’Université de Liège (Transitions) ; pour la France, l’Université de Lorraine (CRULH), l’Université d’Artois (CREHS), l’Université de Franche-Comté (LSH), l’Université de Lyon 3 (LARHRA), et l’Université de Savoie Mont-Blanc (LLSETI) ; pour le Luxembourg, l’Université de Luxembourg (Institut d’Histoire) ; pour l’Italie, l’Università degli Studi di Milano (Dipartimento di Studi Storici).

Au nom du comité organisateur, Federico Zuliani et Gianmarco Braghi

Les propositions de communication peuvent être envoyées aux adresses e-mail suivantes :

federico.zuliani@gmail.com / braghig@tcd.ie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *