Axe 1 Engagement des femmes

L’engagement des femmes dans le monde des réguliers

L’ « espace lotharingien » se caractérise notamment comme lieu d’accueil d’expériences monastiques, conventuelles ou communautaires plurielles, mais aussi comme terre d’émergence de projets originaux, parfois en marge des institutions établies. L’engagement des hommes dans la création et le développement des ordres religieux en ces contrées a très tôt fait l’objet de travaux scientifiques, mais on assiste maintenant, notamment à la faveur des études de genre, à une attention accrue des chercheurs pour le rôle et la place des femmes au cœur ou aux alentours de ces institutions. Terre de fondations et de réformes importantes depuis le haut Moyen Âge, le couloir lotharingien a en effet vu naître des projets féminins singuliers ou se développer des tendances originales au sein de mouvements plus largement répandus dans la chrétienté occidentale. Ainsi, peut-on mentionner, pour le Moyen Âge, l’émergence du mouvement béguinal [Majérus 1997, Simons 2001], l’implantation massive de communautés de cisterciennes [Barrière & Henneau 2001], l’efflorescence d’expériences mystiques de mulieres religiosae [Dor & Johnson 1999] ou le développement de chapitres de chanoinesses séculières [Parisse & Heili 1998]. À l’époque moderne, les territoires considérés (Pays-Bas, Principauté de Liège, Alsace, Lorraine, Franche-Comté, Lyonnais, Milanais…) sont soumis à de nouvelles configurations et semblent constituer une zone privilégiée par de nouveaux ordres ou projets religieux qui la choisissent prioritairement pour ériger leurs bastions de catholicité [Henneau 2014]. On pense évidemment aux missionnaires masculins, comme, par exemple, les chanoines de Notre-Sauveur aux XVIIe-XVIIIe siècles, fondés par Pierre Fourier et implantés depuis la Lorraine, en Flandres, en Franche-Comté, en Suisse, en Savoie et jusqu’au Val d’Aoste [Andriot, 2009]. Mais il est temps de mettre en évidence l’investissement des femmes comme agents de la Réforme catholique [Harline 1995, Dinet 1998, Henneau 2012] ‒ tant au sein des nouveaux cadres de vie religieuse [Annaert 1992, Piront 2013] ou semi-religieuse [Montero 1996, Le Bourgeois 2004, Dinet-Lecomte 2005] que dans ceux hérités du Moyen Âge et qui s’adaptent aux contextes modernes [Henneau 1990, Harline 1995, Walker 2003, Geybels 2004, Marchal 2013] ‒, et d’en rechercher les spécificités pour cet espace « d’entre-deux » [Voir cartes en annexe].

Les trente dernières années ont vu se multiplier les travaux scientifiques qui ont d’emblée mis en évidence la richesse de la documentation sur ce thème [Henneau 2004]. Les médiévistes ont ouvert la voie, favorisant, de ce fait, d’innombrables éditions de sources [par ex : Muldder-Baker 2007, Gerzaguet 2008] et études consacrées à ces femmes, tant à propos de l’administration de leur temporel que de leurs réalisation au plan spirituel, intellectuel et culturel [Les religieuses 1994, Simons 2001]. Le chantier a également été ouvert pour la période moderne avec, en perspective, des possibilités plus grande encore de cerner ces groupes de femmes, du fait de l’importance et de la variété de fonds documentaires, encore largement sous-exploités. La prise en considération de ces vastes ensembles documentaires, produits à propos de, mais aussi par les intéressées, permet et permettra d’abandonner l’usage de n’écrire l’histoire de ces femmes qu’en se fondant sur la littérature normative ou les archives comptables. Les sources écrites et matérielles qu’elles ont produites permettent en effet de diversifier les angles d’approche et de les rejoindre au cœur de leurs préoccupations les plus intimes comme de leurs modes d’expressions les plus éclatants. En plus d’avoir contribué à la rédaction de coutumiers, règles, rituels, livres de chœur et autres textes utiles aux exercices réguliers et participé activement à la gestion de leurs établissements, nécessitant tenue quotidienne d’écritures comptables et échanges d’abondantes correspondances d’affaire, ces femmes ont produit un nombre considérable de chroniques, annales, journaux, mémoires, biographies spirituelles, abrégés de vertus, lettres, autobiographies, avertissements spirituels et autres billets d’humeur, autant de témoignages d’expériences de vies, en quête d’éternité, mais sans cesse plongées dans le temps en cours. Les dossiers rassemblés à leur sujet par les autorités compétentes apportent de leur côté de précieuses informations sur la vie des groupes et communautés et sur leur insertion (ou non) dans les milieux socioculturels qui les encadrent. Par ailleurs, une attention accrue pour leur cadre de vie (bâtiments, décors, mobiliers) et leurs productions artistiques (arts plastiques, musique, littérature…) pourrait révéler certaines spécificités en lien avec leur implantation géographique.

En dehors des inventaires et des éditions partielles de certains fonds d’archives, les établissements religieux féminins implantés dans les territoires envisagés ont déjà fait l’objet de monographies ou d’études d’ensemble (par congrégation et/ou par entités territoriales [Hereswitha 1941, Henneau 1990, Koch 1994, Dinet et al. 2004, Marchal 2013, Piront 2013]). La perspective d’entreprendre des approches comparatives à l’échelle de l’espace lotharingien permettrait de poser la question d’identités communes propres à des contextes politiques, économiques, artistiques ou culturels distincts mais apparentés – et ce, tous ordres confondus et au-delà des cadres géographiques habituellement retenus [Henneau 2009]. Il serait éclairant de prendre en compte l’immense variété des modes de vie religieuse créés et développés dans ces régions « d’entre-deux » – depuis les béguines, semi-religieuses et filles dévotes jusqu’aux contemplatives, en passant par les religieuses vouées au soin des malades, à la mission ou à l’éducation, et sans oublier les chanoinesses séculières à réétudier de près –, en tentant de dégager ce qui distingue et identifie ces réalisations « lotharingiennes » de l’ensemble des projets développés en Occident.

Par ailleurs, la littérature scientifique consacrée aux religieuses et semi-religieuses s’est longtemps inscrite, assez traditionnellement, dans le sillage des études produites à propos des réguliers. Il conviendrait pourtant de leur réserver un traitement spécifique, attentif à leur condition de femmes – autant qu’à leur état de vie – et aux conséquences de cette différence sur leurs destinées au sein d’une institution majoritairement masculine. Mais le regard porté sur leur identité sexuée ne peut éclipser la variété des relations entretenues par ces femmes avec l’entourage masculin [Henneau 2013]. L’approche « genrée » doit aider à renouveler les questionnements sur les rapports entre ces deux univers nécessairement dépendants, en interrogeant les projets (aboutis ou non) conceptualisés, puis éventuellement mis en place, de manière originale et significative dans l’espace lotharingien.

 

Dans le cadre du projet défini en introduction, il s’agira d’orienter les travaux dans trois directions :

  • Les réseaux unissant les établissements religieux féminins fondés et réformés dans le couloir lotharingien entre le XIe et le XVIIIe siècle

Le nombre de maisons féminines connaît un accroissement constant entre le XIe et le XVIIe siècle, non seulement avec l’apparition de branches issues d’ordres masculins, mais aussi avec la création de projets spécifiquement conçus pour (et parfois par) des femmes. Qu’ils soient isolés ou inscrits au sein d’un organigramme très structuré, ces groupes de femmes engagées dans la vie religieuse s’emploient à manifester les caractéristiques qui les distinguent et les identifient aux yeux de leurs contemporains, et ce en fonction de leur statut (ou absence de statut) canonique, de leur finalité, de leurs options spirituelles ou ecclésiologiques : une chanoinesse ne peut se confondre avec une moniale, encore moins avec une béguine. Il existe toutefois des points communs entre ces femmes d’une même génération ou d’une même région, quels que soient leurs états de vie ou leurs vocations. Les parentés pressenties (ou les oppositions) entre ces milieux féminins inscrits dans l’espace lotharingien restent à approfondir ainsi que les relations inattendues qu’ils entretiennent entre eux, malgré leurs différences et leurs spécificités. Incités puis souvent contraints à rompre avec le monde extérieur, ces groupes s’inscrivent aussi au sein d’une société avec laquelle ils demeurent en synergie. Les interactions, au sein de ces espaces féminins d’une part, entre ces femmes et le monde considéré ou non comme « extérieur », d’autre part, restent encore à étudier, en s’intéressant à ce qui les caractériserait au sein de l’espace considéré.

  • Éditions de textes produits par les communautés féminines à l’époque moderne

Des générations de femmes engagées dans la vie consacrée sont à l’origine de collections de sources révélatrices du fonctionnement d’un groupe, mais aussi de cheminements plus personnels. L’exercice des juridictions spirituelle et temporelle a évidemment suscité la rédaction de documents destinés au gouvernement de chaque groupe (e.a. : coutumiers, règles, rituels, livres de chœur, processionnaux, livres de comptes, correspondance administrative…). Mais l’histoire de ces femmes se nourrira aussi de documents encore trop peu exploités (chroniques, annales, journaux, mémoires, biographies spirituelles, abrégés de vertus, lettres, autobiographies, avertissements spirituels et autres billets d’humeur), autant de témoignages d’expériences riches et singulières, qui ont eu souvent raison des timidités ou retenues des intéressées pour aboutir à des relations écrites particulièrement savoureuses. Parmi ces textes, certains répondent au besoin de préserver la mémoire d’un passé susceptible d’édifier les générations suivantes. Ces femmes se font ainsi historiennes de leur ordre, ou plus modestement de leur maison ou chapitre, afin de donner sens aux événements passés susceptibles de favoriser la cohésion, affermir les espérances et enrichir la progression spirituelle du groupe.

  • Choix de la « dorsale catholique » comme lieu d’implantation et de développement d’instituts religieux féminins

Apostoliques ou contemplatives, des femmes érigent de véritables citadelles de prières face à la menace protestante, constituant une « ligne de défense » correspondant peu ou prou à la « dorsale catholique » (Taveneaux). L’exemple des annonciades célestes est significatif de cette volonté d’aller au front, armes spirituelles à la main, mais aussi de conforter la foi de leurs coreligionnaires par l’exemple de leur engagement. La cartographie des implantations de leurs couvents dessine assez clairement cette « dorsale catholique » pour mériter que, dans le cadre de cette recherche, on prenne sérieusement en compte l’histoire de cet ordre encore peu connu. D’autres femmes ont manifestement privilégié ces régions pour y développer leurs projets de créations nouvelles ou de rénovations d’instituts religieux au service de la Réforme catholique (voir ci-dessous). Il serait notamment éclairant d’interroger et de comparer leurs récits de fondations et leurs annales, pour y découvrir les motivations qui ont présidé au choix des lieux d’implantation ainsi qu’aux modalités de construction, et d’y repérer les traces d’une prise de conscience de missions communes et particulières à accomplir en fonction de leur situation aux portes du protestantisme. À ce catalogue d’ « aventurières de Dieu », on ajoutera les chapitres nobles eux aussi massés sur ces frontières et dont il faut reconsidérer l’histoire à l’époque de la Réforme catholique.

Bibliographie sélective:

  • Andriot C. (2009), « Ils furent disciples de Pierre Fourier. Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur. Lorraine, Alsace, Valais, Val d’Aoste », Thèse inédite, U. Nancy2.
  • Annaert Ph. (1992), Les Collèges au féminin. Les Ursulines aux XVIIe et XVIIIe s., Bruxelles, Vie consacrée.
  • Barrière B. et M.-Él. Henneau (2001) éd., Cîteaux et les femmes, Créaphis, Paris.
  • Dinet D. (1998), Religion et société : les réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin 16e-fin 18e s.), Paris, P. de la Sorbonne, 2 vol., (Série Histoire moderne, 41).
  • Dinet D. et al. (2004) éd., Jeanne de France et l’Annonciade, Paris, Cerf.
  • Dinet-Lecomte M.-Cl. (2005), Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe s. La charité en action, Paris, Champion.
  • Dor J., L. Johnson et J. Wogan-Browne (1999) éd., New Trends in Feminine Spirituality. The Holy Women of Liège and their Impact, Turnhout, Brepols (Medieval Women : Texts and Contexts, 2).
  • Gerzaguet J.-P. (2008) éd., L’abbaye féminine de Denain, des origines à la fin du XIIIe siècle. Histoire et chartes, Turnhout, Brepols (Atelier de recherche sur les textes médiévaux, 10).
  • Geybels H. (2004), Vulgariter beghinae. Eight Centuries of Beguine History in the Low Countries, Turnhout, Brepols (Brepols Essays in European Culture, 4).
  • Harline C. (1995), « Actives and contemplatives. The female religious of the Low Countries before and after Trent », The Catholic historical Review, t. 81, p. 541-567.
  • Henneau M.-Él. (1990), Les cisterciennes du pays mosan. Moniales et vie contemplative à l’époque moderne, Bruxelles-Rome, Brepols (Institut historique belge de Rome).
  • Henneau M.-Él. (2004), « La Femme et le cloître à l’époque moderne. Bilan historiographique et perspectives de recherches », G. Leduc dir., Nouvelles sources et nouvelles méthodologies de recherche dans les études sur les femmes, Paris, L’Harmattan, p. 59-73.
  • Henneau M.-Él. (2009), « Notions d’identité(s) et monde régulier : quelques réflexions au regard d’une communauté de contemplatives à l’époque moderne », Trajecta, t. 18, p. 195-207.
  • Henneau M.-Él. (2012), « Quand les religieuses cloîtrées sillonnent l’Europe, itinéraires transfrontaliers d’annonciades célestes au XVIIe s. », G. Leduc dir., Les rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de l’Europe, Paris, L’Harmattan, p. 177-188.
  • Henneau M.-Él. (2013), « La Querelle au couvent? De l’inégalité des sexes dans les communautés de religieuses au XVIIe s. », D. Haase-Dubosc et M.-Él. Henneau dir., Revisiter la Querelle des femmes…, St-Etienne, PUSE, Coll. L’école du genre, p. 67-79.
  • Henneau M. Él. (2014), « De Gênes à Liège : implantation des annonciades célestes sur la Dorsale catholique », Gilles Deregnaucourt et al. dir., La Dorsale catholique – jansénisme – dévotions : XVIe-XVIIIe s.. Mythe, réalité, actualité historiographique, Paris, Riveneuve Éd., p. 355-367.
  • Hereswitha Zr (1941), De Vrouwenkloosters van het Heilig Graf in het Prinsbisdom Luik vanaf hun onstaan tot aan de Fransche Revolutie 1480-1798, Louvain, Bib. U., Anvers, De Vlijt.
  • Koch E. (1994), De Kloosterpoort als sluitspost ?, Adellijke vrouwen langs Maas en Rijn tussen huwelijk en convent, 1200-1600, U. d’Amsterdam, Leeuwarden (Maaslandse Monografieën, 57).
  • Le Bourgeois M.-A. (2004), Les Ursulines d’Anne de Xainctonge (1606). Contribution à l’histoire des communautés féminines sans clôture, Saint-Étienne, PUSE (CERCOR, Travaux et recherches, 16).
  • Les religieuses dans le cloître et dans le monde (1994), St-Étienne, PUSE (CERCOR, Travaux et Recherches)
  • Majérus P. (1997), Ces femmes qu’on dit béguines… Guide des béguinages de Belgique. Bibliographie et sources d’archives, 2 vol., Bruxelles, AGR (Monasticon, 9).
  • Marchal C. (2013), « Définir et inventorier les chapitres nobles de la France du XVIIIe siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 99, p. 115-126.
  • Monteiro M. (1996), Geestelike maagden : leven tussen klooster en wereld in Noord-Nederland gedurende de zeventiende eeuw, Hilversum, Uitgeverij Verloren.
  • Mulder-Bakker A. B. (2007), Mary of Oignies. Mother of Salvation, Turnhout, Brepols (Medieval Women : Texts and Contexts, 7).
  • Parisse M. et P. Heili (1998), Les chapitres de dames nobles entre France et Empire, Paris, Ed. Messene.
  • Piront Julie (2013), « Empreintes architecturales de femmes sur les routes de l’Europe. Étude des couvents des annonciades célestes fondés avant 1800 », Thèse de doctorat inédite, UCLouvain.
  • Simons W. (2001), Cities of Ladies. Beguine Communities in the Medieval Low Countries, 1200-1565, Philadelphia, The Pennsylvania U. P. (The Middle Ages Series).
  • Taveneaux R. (1992), dir., Saint Pierre Fourier et son temps, Nancy, PU de Nancy.
  • Walker Claire (2003), Gender and Politics in Seventeenth-Century English Convents: English Convents in France and the Low Countries, Basingstoke and New York, Palgrave MacMillan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *